top of page

Soutien aux chiens de chasse : L'épagneul de Saint-Usuge, une race à conserver

Les adhérents du Club de l’Epagneul de Saint-Usuge, oeuvrant pour la conservation, l’amélioration et la reconnaissante de la race, souhaitent sensibiliser les Dianes d'Ile de France et leurs amis à cette race singulière qui a besoin d'être défendue.



L’Epagneul de Saint-Usuge fait l’objet d’un intérêt soutenu de la part de spécialistes. Un reportage réalisé par FR3 Bourgogne sur l'Epagneul de Saint-Usuge, le 30 juillet 2021 et des articles publiés régulièrement dans la Presse Locale, Cynophile et Cynégétique rendent hommage à ce chien d’arrêt issu du pays bressan et à ses qualités naturelles développées à partir de ce biotope si particulier.

L’un des adhérents de l’AGGGVO, Jacques PONCEAU, a acquis, il y a quelques années, Obélix des Plaines d’Artémis de Cyrille PHILIPPE, membre passionné et très actif du bureau du Club de l’ Epagneul de Saint-Usuge.

Alors, comment passer à côté de cette race sans la présenter !


L’EPAGNEUL DE SAINT-USUGE

  1. Ses origines


Les récits sur les origines de bon nombre de races nous ramènent souvent aux « espaignolz » du XVIème siècle décrits par Gaston PHEBUS dans son « Livre de chasse », livre de vénerie médiévale rédigé entre 1387 et 1389, considéré comme un ouvrage de référence jusqu’au XIXème siècle. Y sont répertoriés chiens couchants, chiens de rets à poils longs réputés plus aptes à cet exercice, fruit de la transformation du chien courant en chien d’arrêt. L’arrêt n’est pas une qualité naturelle, ce qu’elle est devenue avec le temps à force de patience, réprimandes et récompenses. « L’arrêt est, selon C.-A. PIETREMENT, Anthropologue et Vétérinaire en 1er aux Lanciers de la Garde Impériale, une lutte victorieuse de son sentiment du devoir contre la passion instinctive, primordiale qui le pousse à sauter sur le gibier ». Contrairement aux chiens courants, la chasse aux chiens d’arrêt est une action entre le maître et son chien.

Venus du Sud de la France, de l’Italie et de l’Espagne, ces Epagneuls sont réservés d’abord à la noblesse. Après la Révolution, ils se répandent en grand nombre dans nos campagnes.et s’imprègnent des habitudes locales de chasse.


L’Epagneul de Saint-Usuge est conservé dans l’état originel des anciens Epagneuls, tel le Chien de Perdrix de Drente importé aux Pays-Bas par les Espagnols via la France avec lequel il partage toujours beaucoup de points communs et surtout celui d’avoir un sang sans apport de britannique.

Le biotope particulier de la Bresse le façonne, lui donne sa taille, sa couverture et ses qualités de chasse. Spécialiste de la plume, infatigable au marais, intrépide dans les fourrés les plus touffus, il excelle particulière-ment au gibier d'eau et à la bécasse. Excellent chien de marais, bécassier, performant sur tous types de gibiers chassés sur tous terrains, il déve-loppe actuellement des dispositions pour la recherche au sang. Sa quête de chasse diffère de celles des autres chiens d’arrêt comme le précise son standard de travail car il peut contrôler les émanations au sol. Ses qualités s'expliquent par le milieu géogra-phique dans lequel il s'est conservé et évolue aujourd'hui encore. La région qui s'étend des bords de la Saône à la Vallière au pied du Jura est une région assez marécageuse, fournie d'étangs, de rivières débordant l'hiver dans de vastes prairies, lieux de prédilection des canards, sarcelles, bécassines... Cette région regorge de bois fourrés et humides où la bécasse aime à se reposer au cours de ses migrations.


  1. Son histoire étroitement mêlée à notre Histoire

Le nom d’Epagneul de Saint-Usuge apparaît en 1932, dans la revue L’Eleveur de Paul MEGNIN. Cette revue indique les résultats de sujets exposés à Dijon et Evian, en 1933, à Châlons-sur-Saône, Beaune et Cluny en 1934, Beaune encore en 1937. L’exposition de Louhans en 1936 nous apprend que treize Epagneul de Saint-Usuge sont engagés et présentés par plusieurs propriétaires. Notons qu’à Châlons-sur-Saône, en 1934, Aimé VINCENT de SAINT-CLAUDE présente une chienne appelée Diane de Saint-Usuge ! Ce nom d’Epagneul de Saint-Usuge recèle une part de mystère non élucidée à ce jour...

Différents standards de la race sont écrits en 1936 par le Docteur LONGIN. En 1938, l’Entente Cynophile Française, actuelle Société Centrale Canine admet l’Epagneul de Saint-Usuge dans la classification des chiens d’arrêt continentaux. Le standard est élaboré par sa Commission technique et la reconnaissance officielle par les instances nationales et internationales est en bonne voie. La seconde guerre mondiale stoppe net cette procédure.

L’histoire de l’Epagneul de Saint-Usuge commence donc réellement avec l’action entreprise à partir de 1947, par l’Abbé BILLARD, reconnu comme « le Sauveur de la Race ». Le jeune Robert BILLARD, nommé curé de Savigny en Revermont en 1939, petite commune située entre la Saône et Loire et les premiers contreforts du Jura, est chasseur, passionné de bécasses ; il accompagne quelques-uns de ses fidèles, découvrant ainsi l'Epagneul de Saint-Usuge et ses qualités. Séduit par cette race, il décide d'en acquérir un.

Seulement, la guerre éclate, notre abbé est fait prisonnier.

A son retour de captivité, il se met à la recherche d'une chienne et interroge la Société Centrale Canine qui lui répond que la race a disparu ! Qu'importe, l’Abbé BILLARD ne se décourage pas pour autant et entreprend une tournée des fermes de la région. Son obstination est récompensée en 1947 quand il découvre une petite Epagneul de Saint-Usuge, Poupette, correspondant au standard de l'époque. Seulement il n'a pas d'argent, alors, il décide de vendre sa montre en or que son frère lui rachète pour qu'elle reste dans la famille. Comblé par Poupette et ses performances au fil de ses sorties, l’Abbé BILLARD se met en quête d’un mâle, Dick à Monsieur MOUREAU de Montagny-Les-Louhans.

En tant que cynophile averti, l'Abbé BILLARD entame alors un cahier d'élevage qu’il tiendra pendant trente-trois années au cours desquelles il fera un travail minutieux de sélection tant sur les critères de beauté que sur les critères de qualité de chasse ; deux cent cinquante Epagneul de Saint-Usuge verront le jour dans son presbytère. Il parait même que le rythme de certaines messes dominicales est soutenu... Car les Epagneul de Saint-Usuge attendent impatiemment dans la camionnette 2CV garée derrière l'église !

L’Abbé BILLARD élève sa dernière portée en 1978. A l’occasion de sa communion, il donne l’un des chiots de cette portée, à la fille de l’un de ses amis, amoureux d’Epagneul de Saint-Usuge : Serge BEY. Il lui fait promettre de poursuivre le travail entrepris depuis 1947.

L’Abbé BILLARD a travaillé seul dans son presbytère, à l’inverse Serge BEY, Chef de District à l’Office National des Forêts, connait beaucoup de monde, autour et alentours. Très rigoureux dans la sélection, il se consacre à conserver les qualités morphologiques et de travail de la race. Il organise la première réunion des Epagneul de Saint-Usuge à l’occasion de la foire de Mervans, le 21 octobre 1989.

  1. La reconnaissance du Club de Epagneul de Saint-Usuge

Cette manifestation constitue les prémisses à la création du Club de Epagneul de Saint-Usuge, le 18 mai 1990. En 2010, le Club de l’Epagneul de Saint-Usuge est affilié à la Société Centrale Canine et fonctionne selon les règlements édictés par cette structure nationale. Ainsi, le Club compte aujourd’hui deux cent trente adhérents, organise tous les ans :

  • une Nationale d’Elevage, la race est présente à l’Exposition des Championnats de France. Ces deux manifestations donnent accès au titre de Champion de France de la race,

  • des Régionales d’Elevage en France et à l’étranger, notamment en Allemagne, en Hollande, en Suisse, en Italie, en Espagne, dans les pays scandinaves, Finlande, Danemark.

  • des Tests d’Aptitudes Naturelles au cours desquels les examinateurs vérifient l’instinct de la chasse par l’ardeur de la quête, la faculté du chien à marquer un arrêt, sa réaction au coup de feu généralement tiré avec un pistolet d’alarme, sa réaction ne devant exprimer aucune crainte.

  • des épreuves de travail, (field-trial), épreuves très codifiées,

  • des épreuves appelées BICP, Brevet International de Chasse Pratique, qui comportent un travail en plaine et à l’eau. Ce type d’épreuves est noté suivant un barème dans lequel le zéro est éliminatoire au contraire du field-trial pour lequel le juge ne se basera que sur les performances du chien qu’il aura constaté de visu.

L’informatique du Club permet de conseiller les propriétaires de géniteurs dans leurs choix afin d’éviter la consanguinité. D’ailleurs, pour la race, qualifiée « à faible effectif », ce taux de consanguinité est très bas, ce qui permet un brassage génétique important et la préservation des qualités intrinsèques de notre épagneul.

Le site internet http://www.epagneuldesaintusuge.org/ ainsi que les pages du portail de la Société Centrale Canine, la communication via les réseaux sociaux contribuent à la promotion de l’Epagneul de Saint-Usuge. Le livre disponible via le site internet du Club dans lequel vous pourrez retrouver de nombreuses informations sur le chien en général, la race, les Hommes qui ont œuvré pour sa renaissance et la cynophilie.

Si l'Epagneul de Saint-Usuge connaît un réel engouement auprès des chasseurs, ceci est dû aux qualités exceptionnelles de ce chien d'arrêt, et en particulier celles développées pour la recherche de la bécasse. Il est courageux, broussailleur. Sur le terrain, il n'est jamais loin de son maître car il a le souci permanent de garder le contact avec lui. Il est très apprécié aussi pour le gibier d'eau. C'est un chien facile à dresser, assez sensible, et une voix ferme suffira à lui faire comprendre ce qu'on attend de lui. A la maison, c'est un extraordinaire compagnon, souvent même trop affectueux.

  1. Problématique administrative

Aujourd’hui, l’Epagneul de Saint-Usuge est considéré comme une race à faible effectif, répertoriée dans le groupe 11, groupe d’attente avant son affectation définitive dans le groupe 7. Certes, elle est reconnue par la Société Centrale Canine depuis 2003 avec l’ouverture du Livre des Origines Français. Reste à obtenir la reconnaissance par la Fédération Cynologique Internationale.




Inscriptions au Livre des Origines Français en 2020

Nombre de naissances


Epagneul Breton

5 198


Griffon à poil dur Korthals

1 104


Braque Français type Pyrénées

615


Epagneul Français

350


Braque d’Auvergne

306


Epagneul Picard

181


Epagneul Bleu de Picardie

161


Epagneul de Saint-Usuge

67


Braque Français type Gascogne

40


Braque du Bourbonnais

37


Braque Saint-Germain

32


Braque de l’Ariège

30


Epagneul de Pont-Audemer

19



Le dossier de l'Epagneul de Saint-Usuge ne se trouve plus exclusivement au niveau de la Société Centrale Canine mais du Ministère de l'Agriculture voire de l'Europe, dans le cadre :

  • de la Commission Scientifique de la Fédération Cynologique Internationale

  • de la Commission Nationale de Zootechnie

  • de la Commission Nationale des Enseignants-Chercheurs de l'Agriculture

  • de la Commission des Territoires de ProNaturA France

Au travers de ces structures et dispositifs, sont étudiées quelque soixante races animales, canines sur six générations dont quarante- huit à faible effectif.

La Société Centrale Canine dotée d’ingénieurs agronomes participe :

  • aux commissions d'Elevage, Scientifique où Pierre de ROUALLE, Président de la Société de Vènerie joue un rôle important. Cinq races françaises reconnues par la Société Centrale Canine ne le sont toujours pas par la Fédération Cynologique Internationale : le Bruno Saint Hubert Français le Cursinu, le Briquet de Provence, le Chien particolore à poil frisé et l’Epagneul de Saint-Usuge.

  • ProNaturA France créée en 2002, fédération française des associations pour une Protection non anthropomorphiste de la Nature et des Animaux, représentant plus de 200.000 personnes, ce qui en fait la première association française de protection animale. Veillant à la Conservation et à la protection des races vulnérables, elle agit pour protéger les espèces à faibles effectifs de la disparition.

ProNaturA France regroupe aujourd'hui entre autres, de simples particuliers, éleveurs d'agrément (il y a 8 millions de passionnés en France) et des éleveurs professionnels qui contribuent à la diversité et à la sauvegarde de nombreuses espèces rares et races à faibles effectifs. Des scientifiques (vétérinaires, biologistes, sociologues, historiens, juristes, etc…) conseillent ProNaturA France et contribuent à élaborer ses argumentaires.

En conclusion, tous les adhérents au Club de l’Epagneul de Saint-Usuge, chasseurs et cynophiles passionnés, membres plus ou moins âgés qui conscients des années qui passent, travaillent méticuleusement pour la conservation et l’amélioration de la race fondent beaucoup d’espoir dans ProNaturA France pour obtenir enfin cette reconnaissance tant attendue, tant méritée.


(Merci à Christine pour le texte)


Comments


ARTICLES A L'AFFICHE
ARTICLES PAR THEMES
Pas encore de mots-clés.
ARTICLES RECENTS
bottom of page